Stratégie

Il est très difficile de gagner une partie avec une stratégie établie d’avance car le Kemar est aussi un jeu de hasard. Il y a suffisamment de cartes et de rebondissements pour changer le cours d’une partie à tout moment. Il peut être intéressant d’adapter sa stratégie en fonction de celle de ses adversaires. 

Pourtant, on retrouve souvent des traits caractéristiques communs chez les joueurs. En voici quelques exemples.

Le mouton

Le mouton adopte une stratégie équilibrée et tente souvent d’assembler 3 cartes d’un même personnage légendaire. Il minimise ses risques mais agit parfois de façon impulsive pour se venger d’un de ses adversaires. Il s’agit de la stratégie majoritairement adoptée par les joueurs et plus particulièrement par les nouveaux joueurs. 

Le gnou

Le gnou ne cherche par à faire évoluer son personnage et refuse systématiquement les confrontations. Il amasse des cartes de valeurs pour pouvoir toutes les utiliser d’un coup et réaliser un coup de maitre lorsque l’opportunité se présente. Il n’est pas si compliqué de déterrer un gnou. C’est là tout l’intérêt des cartes de style qui vont vous permettre de lui voler des cartes, lui faire sauter son tour ou de regarder son jeu pour vous assurer qu’il n’est pas en train de préparer un sale coup. 

Le bélier

Le bélier ne fait preuve d’aucune finesse et ne recherche que le chaos. Il utilise toutes ses ressources pour rendre le jeu invivable et illisible. Même si les chances de victoire du bélier sont très minces, il ne faut pas se laisser déstabiliser surtout lorsque le nombres de joueurs est important et que plusieurs d’entre eux adoptent cette stratégie. 

Le serpent

Le serpent est un stratège hors pair. Assez intelligent pour se faire passer pour un mouton. Il est parfaitement intégré au jeu, il prend part aux combats et se laisse même parfois volontairement perdre pour laisser croire qu’il ne représente aucun danger.